REjoignez matchy matchy sur les réseaux sociaux !

Le devenir des emballages de cosmétiques

Les emballages de cosmétique, autrement dit « packaging » en langage marketing, font partie du marché des emballages, et cela reste impossible à nier pour le moment. En effet, parce que le plastique est conçu avec du pétrole auquel on ajoute des produits chimiques, il génère des gaz, responsables du réchauffement climatique. Et c’est pourquoi il est urgent de les utiliser à bon escient.

Afin de répondre à cet objectif, il faudra alors modifier les emballages des cosmétiques, de façon à répondre aux attentes des consommateurs et tout en respectant les nouvelles réglementations qui les concernent.

Les emballages plastiques dans l’industrie cosmétique...

Que ce plastique soit sous forme de bouteilles, de flacons, de pots, de tubes ou simplement de films plastiques… Il en impose et cause de nombreux dégâts à l’échelle mondiale. Ce marché des emballages de cosmétiques risque d’ailleurs de croître à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 3,7 % d’ici 2027. Il est donc temps de réagir…

Leurs bénéfices en termes de protection contre les contaminations, de conservation et de facilité de distribution valent évidemment beaucoup, mais actuellement, la tendance s’inverse et les trois quarts des entreprises ainsi que les autorités réglementaires commencent à réfléchir différemment. Comme on peut le remarquer, il reste encore à convaincre 20 % des acteurs, et cela n’est pas négligeable. Il est donc essentiel de faire comprendre l’évolution future des emballages de cosmétiques à tous, en appliquant les nouvelles réglementations, de manière à inciter ces fabricants à revoir leurs pratiques.

Les nouvelles réglementations

En effet, ces dernières mettent en place de nouvelles dispositions en faveur de la faune et de la flore. Elles visent d’une part à garantir que les emballages soient fabriqués dans des conditions d’hygiène appropriées, et d’autre part, à encourager l’adoption de pratiques respectueuses de l’environnement pendant le processus de fabrication, de la conception à l’élimination des déchets.

On retrouve par exemple parmi elles :

  • L’élimination des substances dangereuses (pour éviter les impacts néfastes sur la santé des consommateurs et sur l’environnement).
  • La sécurité des matériaux d’emballage (pour limiter les conséquences sur la qualité, la conservation et encore une fois la santé des consommateurs).
  • L’étiquetage des matériaux d’emballage (pour informer au mieux les consommateurs).
 

Mais également :

  • La promotion de l’éco-responsabilité (pour sensibiliser à l’écologie).
 

Il faut prendre en compte que ces restrictions ne sont pas identiques pour chaque pays, et les autorités réglementaires travaillent dessus afin d’harmoniser et de faire appliquer ces accords en tous lieux. Si ces normes deviennent internationales, elles assureraient une certaine conformité, faciliteraient le commerce transfrontalier et renforceraient les exigences en matière de sécurité et d’impact environnemental des emballages cosmétiques.

Comment s’adapter aux conséquences environnementales ?

Selon Global Web Index, il est important de savoir que 64 % des acheteurs sont demandeurs de ces emballages qui privilégient la nature. En effet, les générations actuelles y accordent en général plus d’attention que leurs prédécesseurs, et cela nécessite une adaptation…

En tant qu’entreprise, vous disposez donc de plusieurs solutions :

  • Proposer des emballages en plastique recyclé (compostables, rechargeables) permettant non seulement de réduire le volume des déchets incinérés, mais aussi de limiter les prélèvements de matières premières. Les marques dites  “Clean Beauty” (La Rosée, La Canopée, …) ont d’ailleurs déjà tenté l’expérience en proposant des emballages compostables. 
  • Proposer des emballages en bioplastiques d’origine végétale (à base d’algues ou de champignons) afin de développer des solutions innovantes et alternatives aux plastiques conventionnels. 
  • Proposer des emballages plus durables (verre, aluminium) pour favoriser la réutilisation sous consigne.
cosmétiques vrac, beauté naturelle, cosmétique solide
  • Proposer du vrac afin de conserver en plus grande quantité et ne pas avoir recours à trop d’emballages.
  • Proposer des emballages biodégradables qui réussiront à se dégrader d’eux-mêmes dans la nature.
  • Proposer des emballages minimalistes, qui seront, ici,  plutôt destinés aux produits solides afin de réduire la quantité de plastique.  

 

Le petit tips de Matchy Matchy Communication: Pensez au furoshiki (emballage en tissu) pour emballer vos cadeaux !  

Opter pour ces options permettrait de répondre non seulement aux besoins des utilisateurs, mais également à ceux de l’environnement, tout en favorisant une économie plus circulaire.

Le conseil de Matchy Matchy Communication

réseaux sociaux, community manager beauté, bien-être, matchy matchy communication

Bien que la fonction principale de l’emballage soit de contenir, de protéger ou encore de conserver le produit qui se trouve à l’intérieur, son design et sa composition ont également leur rôle à jouer, notamment sur les consommateurs et leur perception de la marque.

Il est donc primordial de communiquer sur les engagements de l’entreprise, et pour y parvenir, on utilise les réseaux sociaux. En effet, il va falloir sensibiliser les consommateurs qui ne le sont pas encore à choisir en priorité des emballages « bons pour l’environnement ». Mais le but de cette communication sera également de promouvoir les produits en mettant en valeur les valeurs de la marque.

Unbottled en est un très bon exemple. Cette marque parvient en effet à mettre en avant ses valeurs en plaçant l’humain « au naturel » au premier plan, tout en précisant clairement que la marque est en total avec l’environnement.

Si votre stratégie de communication est bien articulée, votre marque ne pourra que briller !

Partager

Tu devrais également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le devenir des emballages de cosmétiques

Les emballages de cosmétique, autrement dit « packaging » en langage marketing, font partie du marché des emballages, et cela reste impossible à nier pour le moment. En effet, parce que le plastique est conçu avec du pétrole auquel on ajoute des produits chimiques, il génère des gaz, responsables du réchauffement climatique. Et c’est pourquoi il est urgent de les utiliser à bon escient.

Afin de répondre à cet objectif, il faudra alors modifier les emballages des cosmétiques, de façon à répondre aux attentes des consommateurs et tout en respectant les nouvelles réglementations qui les concernent.

Les emballages plastiques dans l’industrie cosmétique...

Que ce plastique soit sous forme de bouteilles, de flacons, de pots, de tubes ou simplement de films plastiques… Il en impose et cause de nombreux dégâts à l’échelle mondiale. Ce marché des emballages de cosmétiques risque d’ailleurs de croître à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 3,7 % d’ici 2027. Il est donc temps de réagir…

Leurs bénéfices en termes de protection contre les contaminations, de conservation et de facilité de distribution valent évidemment beaucoup, mais actuellement, la tendance s’inverse et les trois quarts des entreprises ainsi que les autorités réglementaires commencent à réfléchir différemment. Comme on peut le remarquer, il reste encore à convaincre 20 % des acteurs, et cela n’est pas négligeable. Il est donc essentiel de faire comprendre l’évolution future des emballages de cosmétiques à tous, en appliquant les nouvelles réglementations, de manière à inciter ces fabricants à revoir leurs pratiques.

Les nouvelles réglementations

En effet, ces dernières mettent en place de nouvelles dispositions en faveur de la faune et de la flore. Elles visent d’une part à garantir que les emballages soient fabriqués dans des conditions d’hygiène appropriées, et d’autre part, à encourager l’adoption de pratiques respectueuses de l’environnement pendant le processus de fabrication, de la conception à l’élimination des déchets.

On retrouve par exemple parmi elles :

  • L’élimination des substances dangereuses (pour éviter les impacts néfastes sur la santé des consommateurs et sur l’environnement).
  • La sécurité des matériaux d’emballage (pour limiter les conséquences sur la qualité, la conservation et encore une fois la santé des consommateurs).
  • L’étiquetage des matériaux d’emballage (pour informer au mieux les consommateurs).
 

Mais également :

  • La promotion de l’éco-responsabilité (pour sensibiliser à l’écologie).
 

Il faut prendre en compte que ces restrictions ne sont pas identiques pour chaque pays, et les autorités réglementaires travaillent dessus afin d’harmoniser et de faire appliquer ces accords en tous lieux. Si ces normes deviennent internationales, elles assureraient une certaine conformité, faciliteraient le commerce transfrontalier et renforceraient les exigences en matière de sécurité et d’impact environnemental des emballages cosmétiques.

Comment s’adapter aux conséquences environnementales ?

Selon Global Web Index, il est important de savoir que 64 % des acheteurs sont demandeurs de ces emballages qui privilégient la nature. En effet, les générations actuelles y accordent en général plus d’attention que leurs prédécesseurs, et cela nécessite une adaptation…

En tant qu’entreprise, vous disposez donc de plusieurs solutions :

  • Proposer des emballages en plastique recyclé (compostables, rechargeables) permettant non seulement de réduire le volume des déchets incinérés, mais aussi de limiter les prélèvements de matières premières. Les marques dites  “Clean Beauty” (La Rosée, La Canopée, …) ont d’ailleurs déjà tenté l’expérience en proposant des emballages compostables. 
  • Proposer des emballages en bioplastiques d’origine végétale (à base d’algues ou de champignons) afin de développer des solutions innovantes et alternatives aux plastiques conventionnels. 
  • Proposer des emballages plus durables (verre, aluminium) pour favoriser la réutilisation sous consigne.
cosmétiques vrac, beauté naturelle, cosmétique solide
  • Proposer du vrac afin de conserver en plus grande quantité et ne pas avoir recours à trop d’emballages.
  • Proposer des emballages biodégradables qui réussiront à se dégrader d’eux-mêmes dans la nature.
  • Proposer des emballages minimalistes, qui seront, ici,  plutôt destinés aux produits solides afin de réduire la quantité de plastique.  

 

Le petit tips de Matchy Matchy Communication: Pensez au furoshiki (emballage en tissu) pour emballer vos cadeaux !  

Opter pour ces options permettrait de répondre non seulement aux besoins des utilisateurs, mais également à ceux de l’environnement, tout en favorisant une économie plus circulaire.

Le conseil de Matchy Matchy Communication

réseaux sociaux, community manager beauté, bien-être, matchy matchy communication

Bien que la fonction principale de l’emballage soit de contenir, de protéger ou encore de conserver le produit qui se trouve à l’intérieur, son design et sa composition ont également leur rôle à jouer, notamment sur les consommateurs et leur perception de la marque.

Il est donc primordial de communiquer sur les engagements de l’entreprise, et pour y parvenir, on utilise les réseaux sociaux. En effet, il va falloir sensibiliser les consommateurs qui ne le sont pas encore à choisir en priorité des emballages « bons pour l’environnement ». Mais le but de cette communication sera également de promouvoir les produits en mettant en valeur les valeurs de la marque.

Unbottled en est un très bon exemple. Cette marque parvient en effet à mettre en avant ses valeurs en plaçant l’humain « au naturel » au premier plan, tout en précisant clairement que la marque est en total avec l’environnement.

Si votre stratégie de communication est bien articulée, votre marque ne pourra que briller !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *